Jours 19 à 22

Petite histoire
Le deuxième jour, on s’est levé à 6 heures du matin. Facile ça fait deux semaines qu’on se couche avec les poules.
Seb nous accompagne au rappel en fil d’araignée puis sur le glacier. Lorsqu’on est arrivé au premier pont de neige sur de grosses crevasses, il est reparti, seul. Puis on est monté, monté, et encore monté. On a attaqué la grande montagne droit au milieu par un couloir en forme de grosse banane. Arrivé en haut de la banane, à 6000 m, il était 6 heures du soir, on était très fatigué. J’ai jamais avalé une aussi grande banane (700 m de long). On a creusé deux trous dans la neige sous un mur de glace, un pour Jean et un pour moi.
A minuit, il s’est mis à neiger, puis encore neiger. J’ai allumé ma lumière et j’ai vu un bonhomme de neige à côté de moi. C’était Jean qui faisait dodo dans son sac de couchage. Le matin, il s’est arrêté de neiger assez tard. C’était rigolo parce qu’il y avait toujours une avalanche à regarder à gauche ou à droite. 2 heures plus tard, vers 9h il n’y avait plus de bruit alors on s’est dit: « vite il faut qu’on se sauve d’ici ». A 12 heures on était en bas sur le glacier. On était encore plus fatigué parce qu’on n’avait pas dormi comme les poules dans la tempête de neige. Sur le glacier, il faisait chaud, très chaud. On s’est arrêté pour faire fondre de la neige avec le réchaud et boire un coup. Le sac poubelle du thé/sucre à fondu au soleil. J’ai jamais vu ça. Alors on a décidé de redormir là. Demain la neige sera plus dure, les pont de neige aussi.
Le problème c’est qu’on devait redescendre aujourd’hui. On n’a plus de batteries dans les téléphones. Seb doit s’inquiéter. D’ailleurs il passera une nuit de plus à nous attendre sans nouvelles.
Le matin, on s’est levé avec les poules à 6 heures, on a dormi comme elles. On descend le glacier, il pleut. On remonte la corde comme une araignée. Il pleut des cordes. On jette le plus d’affaires au bivouac à 4800m. Seb n’est plus là. On redescend très doucement dans l’herbe mouillée avec piolets et crampons. On est très très fatigués. En haut de la moraine, Seb, Pfumuru et Aité nous attendent avec plein de jus de fruits et de biscuits. C’est cool d’être chouchouté presque comme à la maison.

Jour 22, dodo.

Blutch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *